Infos Retraités - USR CGT LANDES

MOBILISATION DES RETRAITES LE 28 SEPTEMBRE 2017

MARDI 24 NOVEMBRE - APPEL A LA MOBILISATION DES RETRAITES POUR LA DEFENSE DE LEUR POUVOIR D’ACHAT

Après avoir déposé plus de 100 000 cartes pétitions auprès du Président de la République, les 9 Organisations ont décidé de poursuivre et d’amplifier la
mobilisation des retraités dans la défense de leur pouvoir d’achat.
Cette initiative de signatures de pétitions s’inscrivait dans la continuité des mobilisations unitaires menées depuis le 3 juin 2014.
Un argumentaire montrant la diminution du pouvoir d’achat des retraités sera un outil commun pour porter notre exigence d’une revalorisation urgente de
l’ensemble des pensions. Le niveau de vie des personnes retraitées est également atteint par l'insuffisance de la prise en charge de l'aide à l'autonomie
et le recul des services publics.
C’est autour de cet argumentaire que nous invitons l’ensemble des Organisations dans les départements à décider, dans l’unité la plus large possible, d’initiatives appropriées pouvant aller de la conférence de presse pour présenter nos propositions jusqu’à des délégations auprès d’élus, ou par des rassemblements ou manifestations. Cette multitude d’initiatives se déroulera dans la journée du 24 novembre.
A Paris, au même moment, les 9 Organisations de retraités (UCR-FO, UCR-CGT, UNAR-CFTC, UNIR-CFE-CGC, FSU-Retraités, UNIRS-Solidaires, FGR-FP, Ensemble et Solidaires-UNRPA et LSR) organiseront une conférence de presse, afin de présenter nos revendications.
La baisse du niveau de vie des retraités n’est ni acceptable, ni inéluctable.

Motion sur la défense des des libertés individuelles destinée aux Parlementaires Landais

Mesdames et Messieurs les députés des Landes, 
Mesdames et Messieurs les sénateurs des Landes,

Dans notre pays, réputé « patrie des Droits de l'Homme », de nombreuses lois ont été récemment votées par vous - ou par une majorité d'entre vous - sous couvert de faciliter la lutte contre le « terrorisme » et d'autres seraient en préparation.

Nous voulons rappeler, entre autres, pour mémoire :
 Loi du 22 juillet 1996 :
- Notion d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste
 Loi du 15 novembre 2001, complétée par celle du 18 mars 2003 :
- Perquisitions domiciliaires
- Contrôle des zones portuaires et autoportuaires
 Loi du mars 2004, Perben II :
 Loi du 23 juillet 2006 :
 Développement intensif de la vidéo-surveillance
 Accès facilité aux fichiers administratifs
 Prolongement de la garde à vue
 Loi du 13 novembre 2014 :
 Création du délit d'entreprise terroriste individuelle
 Possibilité d'interdiction d'entrée ou de sortie du territoire
 Loi sur le renseignement (après les attentats de janvier 2015) :
- Autorisation de surveillance des individus ciblés et de leur entourage sans contrôle judiciaire

 Après les attentats du 13 novembre :
 Couvre-feu, autorisation de perquisition à toute heure
 Contrôle étendu et permanent de l'internet
 Fermeture de lieux publics
 Interdiction de rassemblement et de manifestation
 Assignations à résidence
 Extension de la mise sous surveillance électronique
 Dissolution d'associations susceptibles de « porter atteinte à l'ordre public »
 Mise à l'écart du pouvoir judiciaire
 Extension de la possibilité de déchéance de nationalité à des citoyens nés en France

Pour comble, ces mesures sont assorties d'appels à dénonciation pouvant faire l'objet d'une « récompense », alors que dérives et bavures se multiplient...

Comme le souligne à juste titre le « Monde diplomatique » dans un article de décembre 2015 : « ...toutes ces entorses aux libertés sont d'autant plus regrettables que les attentats ne trouvent pas leur origine dans une insuffisance de lois répressives, mais bien plutôt dans les défaillances des services secrets, de la police et de la justice, dues à un manque de moyens financiers, techniques et humains... ».

En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, il serait salutaire de s'inspirer de la déclaration de Kofi Annan du 22 septembre 2003, lorsqu'il était secrétaire général de l'ONU : « ...les droits de l'homme ne peuvent être sacrifiés au profit de la lutte contre le terrorisme. Il n'y a rien d'incompatible entre la défense des droits de l'homme et la lutte contre le terrorisme. Au contraire, le principe moral qui sous-tend les droits de l'homme, celui d'un profond respect pour la dignité de chaque individu, est une de nos armes les plus puissantes pour combattre le terrorisme... »

Avec l’état d’urgence, ce sont non seulement les libertés individuelles de tous les citoyens qui sont menacées, mais aussi les moyens d’action, d’organisation et d’expression, sur le terrain social et politique, des syndicats, partis et associations, qui sont gravement remis en question.

En conséquence, devant la remise en cause des droits démocratiques les plus élémentaires, nous vous demandons instamment de stopper cette escalade, d'en finir au plus vite avec la prolongation injustifiée de l'état d'urgence et de refuser l'introduction dans la Constitution des dispositions liberticides évoquées par MM. Hollande, Valls et Cazeneuve.

Les retraités des Landes à la sous Préfecture de Dax dénoncent la poursuite de l’austérité

Les huit Organisations de retraités des Landes (UCR-FO, UCR-CGT, UNAR-CFTC, UNIR/CFE-CGC, FSU, FGR-FP, ADRAF/MODEF, -LSR) ont été reçues par le 1er Octobre par la Secrétaire Générale de la sous Préfecture des Landes à Dax.
Elles lui ont remis les cartes postales-pétitions signées par près de 2000 personnes auxquelles il faut ajouter d’autres signatures en ligne, sachant qu’entre temps 80 pétitions signées entre 15h et 16h au point rencontre à Dax ont été remises à la permanence du Député J Pierre Dufau.
Pour arriver à ce résultat, l’intersyndicale des retraités des Landes s’est mobilisée et a investi les marchés, les forums associatifs, la foire de Ousse Suzan le 29 septembre et le point rencontre des retraités à Dax le 1er octobre
Elles ont rappelé leurs revendications touchant au pouvoir d’achat en demandant l’arrêt du gel des pensions et des retraites, l’abrogation des mesures fiscales qui frappent les retraités, l’amélioration du pouvoir d’achat et le retour à une indexation au 1er janvier calculée sur l’évolution des salaires et non des prix.
En même temps à Paris, Les neuf Organisations de retraités (UCR-FO, UCR-CGT, UNAR-CFTC, UNIR/CFE-CGC, FSU-Retraités, UNIRS-Solidaires, FGR-FP, Ensemble et Solidaires-UNRPA et LSR) ont été reçues par le Conseiller social du Président de la République, Monsieur Michel YAHIEL.
Elles lui ont remis les cartes postales-pétitions signées par 92 776 personnes auxquelles il faut ajouter 3 178 autres signatures en ligne, sachant qu’en outre des milliers d’autres ont été déposées dans les Préfectures sur tout le territoire national le même jour.
Le Conseiller a indiqué que la Loi de financement en préparation changerait le mode de calcul des revalorisations. Elles seraient désormais calculées sur l’évolution des prix des douze mois précédents et non plus en fonction d’une prévision qui aurait conduit, certaines années, à une évolution négative des retraites.
Mais, il a confirmé que la date de revalorisation resterait au 1er octobre et ne serait pas ramenée au 1er avril comme toutes les autres prestations (cela entraînera des dates de revalorisations différentes pour l’ASPA -minimum vieillesse- et le minimum contributif).
A.D.R.A.F
2
Les retraités se sont étonnés qu’aucune annonce n’ait été faite au 1er octobre, ce qui confirmerait la poursuite du gel des pensions en vigueur depuis le 1er avril 2013. Le Conseiller social a indiqué que l’annonce viendrait bientôt. Mais le rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale prévoit que les pensions de retraite devraient être revalorisées de 0,1% au 1er octobre (ce qui représenterait environ 1 euro de revalorisation par mois sur une pension moyenne !).
Le Conseiller social a reconnu que les mesures fiscales avaient touché les retraités, mais a estimé que les mesures récentes (la suppression de la première tranche d’imposition sur le revenu) vont alléger la pression fiscale pour une partie d’entre eux !
S’agissant du projet de Loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), les neuf Organisations de retraités ont rappelé leur demande de participation aux Instances de consultation, tant au niveau national que local. Le Conseiller social a confirmé la publication de la Loi au 1er janvier 2016 et relayera la demande des Organisations de retraités d’être consultées régulièrement, reconnaissant ainsi que la représentation des retraités devra être assurée dans le cadre de la nouvelle organisation.
Au final, c’est bien la poursuite de l’austérité qui a été confirmée, faute de mesures concrètes pour améliorer les retraites. Les Organisations réunies ce jour rappellent que 10% des retraités vivent sous le seuil de pauvreté.
Les Organisations de retraités ont décidé de poursuivre la campagne d’information et de mobilisation et envisagent de construire une nouvelle journée de mobilisations le mardi 24 novembre 2015.
Les huit organisations de retraités des Landes se retrouveront autour d’une réunion de travail pour organiser la riposte dans le département des Landes
La baisse du niveau de vie des retraités n’est ni acceptable, ni inéluctable !
Mont de Marsan le 12 octobre 2015

RETRAITES EN COLERE

Les retraités(es) en colère avec leur Union Syndicale des Retraités(es) CGT des Landes présenteront leurs vœux aux décideurs politiques Nationaux et du département le vendredi 13 février 2015.
Ils se rassembleront à cet effet devant la Préfecture des Landes à 15h.

TRACT