Luttes

PAPETE TARTAS : UNE BELLE VICTOIRE POUR LA CGT !

Les résultats des élections des représentants du personnel au CSE sont tombés.
La CGT sort largement en tête et conforte sa place de premier syndicat de La Papète.
La participation a été conséquente puisque :
134 salariés sur 165 (soit 81.2%) ont voté dans le premier collège. Il y a eu 2 votes blancs.
123 salariés sur 132 (soit 93.2%) ont voté dans le deuxième collège. Il y a eu 8 votes blancs.
Dans le collège ouvriers et employés (1er collège), il n’y avait qu’une liste CGT. Le suspense était donc limité et cette liste réalise 100% des suffrages.
Il y avait trois listes dans le collège techniciens, agents de maîtrise et cadres (2eme collège).
Pour ce dernier, les résultats sont les suivants :

Titulaires : sur 123 votants

65 voix soit 52.8% pour la liste CGT
36 voix soit 29.3% pour la liste CFDT
14 voix soit 11.4% pour la liste CFE-CGC
8 bulletins nuls/blancs soit 6.5%

Suppléants : sur 123 votants
67 voix soit 54.5% pour la liste CGT
35 voix soit 28.5% pour la liste CFDT
14 voix soit 11.4% pour la liste CFE-CGC
7 bulletins nuls/blancs soit 5.7%


Les calculs de représentativité à l’échelle de l’usine donnent :
(seuls les votes valablement exprimés pour les titulaires sont pris en compte)
CGT : (132 + 65) / ((134-2) + (123-8)) = 79.8%, une hausse de 0.8%
CFDT : 36 / ((134-2) + (123-8)) = 14.6%
CFE-CGC : 14 / (123 - 8) = 12.2% (calculé sur le deuxième collège uniquement)
En nombre de sièges :
La CGT obtient tous (6) les sièges de titulaires et de suppléant en premier collège et 3 sièges de titulaires et de suppléant en deuxième collège sur 5 à pourvoir.
La CFDT obtient les deux sièges de titulaires et de suppléants restant en deuxième collège.
La CFE-CGC n’obtient aucun siège.

LIBERTE DE MANIFESTER :
APPEL A LA MOBILISATION NATIONALE LE 13 AVRIL
A MONT DE MARSAN,  PLACE ST ROCH A PARTIR DE 10H30

Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester constitue une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants et décrète qui peut ou ne peut pas manifester. Participer à une manifestation ne saurait pas plus signifier le risque pour tout individu d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, confier aux préfets le pouvoir d’interdire à une personne de manifester, y compris sans qu’elle ait connaissance de l’interdiction prononcée et donc sans recours effectif possible, faire d’un visage en partie couvert un délit, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.

Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain. C’est pourquoi nous appelons solennellement le gouvernement et le Parlement à abandonner ces mesures qui violent les principes les plus fondamentaux d’un Etat de droit.

TELECHARGER LE TRACT

LE 04 AVRIL : VERS UN MOUVEMENT DE TOUTE L'EDUCATION !

LE 19 MARS, TOUS ENSEMBLE POUR LE PROGRES SOCIAL

Le véritable débat, on va se le faire

La prose du président des riches est en train d’arriver. 5 pages et 32 questions insipides plus tard, le message est clair : je vous ai écoutés mais ne comptez pas sur moi pour vous entendre. Pas de rétablissement de l’ISF, rien sur le pouvoir d’achat, les salaires, les pensions et minimas sociaux. Bref, rien sur les légitimes revendications qui font s’exprimer la colère depuis des mois, qu’elles soient portées par la CGT ou par le mouvement des gilets jaunes Macron persiste et signe : j’ai un programme et je l’appliquerai...

EN SAVOIR +  :  VERS LE SITE DE LA CONFEDERATION CGT



Assistantes maternelles en colère
​contre la réforme de l’assurance chômage.

LA PAPETE DE TARTAS EN GREVE

INERTAM : POUR LE MAINTIEN DES EMPLOIS

COMMUNIQUE UNION  LOCALE  DES  SYNDICATS  CGT  DE  LA  HAUTE-LANDE - MORCENX

Le groupe Europlasma à Morcenx, est en redressement judiciaire depuis le 25 janvier 2019 ; le tribunal de Commerce de Mont de Marsan a décidé que les éventuels acquéreurs ont jusqu’au 23 Mai pour préciser leurs projets de reprise. La décision finale du tribunal de commerce sera rendue le mardi 28 Mai, à 9 heures.

Ce sont localement 51 salariés d’INERTAM, 13 de CHO Power, 31 de CHOPEX, et 21 à PESSAC, soit globalement 116 emplois qui sont en question, c’est-à-dire une grosse partie d’emplois industriels de Morcenx la Nouvelle, qui font défaut depuis des décennies.

Le maintien de ces entreprises avec TOUT leur personnel est indispensable.

De plus, au-delà des contingences économiques, l’entreprise INERTAM qui traite des milliers de tonnes de produits amiantés par an avec la torche à plasma, est un acteur irremplaçable de santé publique au niveau de notre Pays. L’enfouissement massivement pratiqué car moins couteux, doit être interdit par la Loi et le procédé industriel de destruction de l’amiante ici utilisé, généralisé dans chaque région de France.

L’Union Locale des Syndicats CGT de la Haute Lande, apporte son total soutien à tous les salariés des filiales d’Europlasma ; elle les invite à se rassembler, décider collectivement des initiatives pour la défense des emplois, la continuité des d’exploitations.

L’Union Locale invite aussi tous les élus de Morcenx la Nouvelle, de la Communauté de Communes Morcenaises, du Conseil Départemental et les Députés des Landes, à prendre position pour le maintien de ces 116 emplois.

TELECHARGER LA PETITION

DROIT DE GREVE, MODE D'EMPLOI

Le droit de grève a ceci de particulier qu’il s’agit d’un droit de désobéir, d’un droit à la révolte, d’un droit à la résistance reconnu par la Constitution mais aussi par des textes communautaires.

EN SAVOIR +  : voir

BREVES DE LUTTES

MOBILISATION CGT A L'UDAF DES LANDES

Le syndicat CGT de l'UDAF des Landes appelle l'ensemble des salariés à une nouvelle mobilisation le mardi 9 avril à 16h45.

Nous dénonçons la remise en question de tous nos acquis à la suite de la dénonciation de tous nos accords collectifs:
-aménagement du temps de travail
-congés supplémentaires
-jours de fractionnement
-passage forcé à temps partiel pour tous les salariés actuels
-gel de nos salaires.

Nous contestons par ailleurs le report des négociations sur un accord de substitution qui auraient du s'ouvrir le 7 mars 2019.

Nous craignons des négociations déloyales alors même que nous subissons une véritable hémorragie salariale avec une multiplication sans précédent d'arrêts maladie et de démissions.